La tragédie survenue à Sidi Boulaalam nous a tous laissé sans voix : comment peut on mourir en 2017 pour un sac de denrées alimentaires, dans le pays où on répète ad nauseam que « personne ne meurt de faim » ?

 

Notre pensée ne saurait être mieux exprimée que par « Le coup de gueule du mois » . Nous avons également voulu, à travers certains articles relayés par notre newsletter de Novembre, montrer la position des Citoyens : le développement d’un pays se mesure à la qualité de vie de sa population de masse, et non aux grands chantiers visant à embellir et renforcer son rayonnement à l’international.

 

Nous vivons dans un pays où des bousculades meurtrières clôturent une simple action de charité, où on applaudit la construction de deux robinets d’eau potable dans des communiqués de presse grandiloquents et ridicules, où les habitants des bidonvilles sont délogés de force pour être parqués dans des logements sociaux qui n’ont de social que le nom, où les jeunes violentés par la société se défoulent sur leurs enseignants à coups d’arme blanche, où la société civile se substitue à l’État pour assurer la survie des laissés pour compte et des sans-abris.  

 

On se demande alors : en quoi un TGV, un théâtre de 1800 places ou une promenade maritime, changeraient la vie de marocains qui meurent (littéralement) de faim ? En 2012, Medellin, ville colombienne qui était, en 1990, considérée comme « la ville la plus violente au monde », a été élue par le Wall Street Journal « la ville la plus innovante au monde ». Comment une telle mutation peut être possible en 20 ans ? En donnant la priorité, par une planification sociale pionnière, aux populations et aux territoires urbains les plus vulnérables. Au lieu de cacher sa misère, les dirigeants se sont attelés à inclure les populations vulnérables au développement de la ville, en les désenclavant, en les fédérant autour de projets communautaires, en les connectant aux services sociaux fondamentaux, et en créant une véritable culture urbaine (Voir rubrique « Environnement et urbanisme »).

 

La Chine, en passe de devenir la première puissance mondiale, a forgé son modèle de développement sur l’innovation technologique, le développement durable et l’égalité sociale, et a construit son « consensus de Beijing » autour de valeurs fondamentales à même de fédérer une population de masse autour de la notion de « citoyen modèle ».

 

La multiplication des signaux d’alerte a initié la volonté Royale de réfléchir un nouveau modèle de développement inclusif et durable pour le Maroc, mais avant tout, il faudra définir nos priorités. Sont-elles orientées vers l’embellissement de nos quartiers huppés et l’épanouissement de notre élite ? Ou sont-elles axées sur l’inclusion de nos populations vulnérables, qui par malheur constituent la majorité du Maroc, et sur la redéfinition de notre système de valeurs ? Le vrai changement ne s’opérera que lorsque cette question trouvera une réponse définitive.


Les Citoyens

Les Citoyens

Les Citoyens est un Think Thank indépendant et non partisan qui a vocation à proposer des solutions publiques innovantes et à fédérer la société civile autour de la notion du Mieux Vivre Ensemble.