Les Citoyens

les citoyens

est un Think Tank indépendant et non partisan qui a vocation à proposer des solutions innovantes et à fédérer la société civile autour de la notion du Mieux Vivre Ensemble

À la une

Publications et démarches citoyennes

Actualité & Événements

Voir toute l'actualité
L’actu Les citoyens novembre 11, 2020
L’actu Les citoyens novembre 7, 2020
L’actu Les citoyens novembre 7, 2020
L’actu Les citoyens novembre 5, 2020

Le Maroc de Demain

Quelles sont vos espérances pour l’avenir ? On aimerait vous entendre sur le sujet.

Que peut-on apprendre et changer en BIEN dans notre système ?

كيفاش كاتشوفو مغرب الغد ؟ شاركونا الرؤية المستقبلية ديالكم للبلاد ساهموا في النقاش حول مغرب الغد، عطيونا الرأي ديالكم فكيفاش كاتشوفو العالم في المستقبل

CitiZen Lab

INSIJAM / انسجام

INSIJAM a pour objectif de mobiliser une diversité de participants des sphères politique, économique, culturelle, médiatique et de la société civile autour des enjeux du Mieux Vivre Ensemble.

Documentation

Policy Briefs

Plaidoyers et PolicyBriefs

Rapports, Publications et Recherches

Production du ThinkTank

Médiathèque

Vidéos, Podcasts

Cafés
Citoyens

Promotion de la culture du débat et les valeurs de citoyenneté

Rendre « le Mieux Vivre Ensemble » le mot d’ordre de milliers de jeunes citoyens marocain

Avoir une vision globales et consolidée des défis des citoyens marocains, et de leurs recommandations, et les porter au plus haut niveau des décideurs


Vidéos

Inscrivez vous à notre newsletter

Promis ! Nous ne vous spammerons pas, vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Consulter les archives des Newsletters

Annonces et presse

  • Le Collectif Dounia pour l’interdiction du mariage des fillettes a recommandé, mercredi à Rabat, la suppression des articles 20, 21 et 22 du Code de la famille, permettant au juge compétent d’autoriser le mariage avant l’âge légal fixé à 18 ans.

    Dans un mémorandum revendicatif, ce collectif de dix associations a souligné « la nécessité d’adopter une politique ou stratégie nationale globale pour éliminer le mariage des mineures au Maroc, qui englobe tous les secteurs concernés et faire de l’âge de 18 ans un acquis irréversible, avec la suppression des articles 20, 21 et 22 du Code de la famille qui permettent au juge de la famille en charge du mariage d’autoriser le mariage du garçon et de la fille qui n’ont pas l’âge légal fixé à 18 années grégoriennes révolues conformément à l’article 19 de la même loi ».

    Présenté lors d’une conférence de presse à l’occasion du lancement officiel des actions du Collectif et dans le cadre des 16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre, qui se déroulent du 25 novembre au 10 décembre de chaque année, le mémorandum met l’accent sur l’importance de la contribution de l’Etat et de ses institutions à l’éducation de la société et toutes ses couches aux dangers qui peuvent résulter de la continuité du phénomène du mariage des mineures et ce, notamment par la gratuité de l’enseignement et de la formation professionnelle obligatoire jusqu’à l’âge de 18 ans, ce qui permettra aux enfants de continuer à progresser et à développer leurs compétences avec lesquelles ils feront face à leur avenir économique et social.

    Il s’agit, également, de mettre en place une nouvelle approche holistique qui prend en compte les aspects sociaux et économiques des familles dans diverses régions du Maroc, particulièrement dans les zones rurales et celles enclavées et aussi au sein des familles nécessiteuses et pauvres des zones urbaines.

    Dans une présentation du mémorandum revendicatif, le président de l’association Ennakhil, Raji Lhoucine a indiqué que d’après l’étude nationale sur le mariage des mineures au Maroc, réalisée par l’association Droits et Justice en 2019, le mariage des mineures avec la Fatiha (sans passer par l’acte écrit) représente 10,79%, indépendamment de toute reconnaissance légale, ajoutant que selon les données du ministère de la Justice, 319.177 autorisations de mariage de mineurs ont été accordées entre 2009 et 2018

    « Selon une étude réalisée par la Banque mondiale en 2015, le mariage des enfants en général et des mineures en particulier a des effets et des conséquences désastreux tels que le décrochage scolaire, les grossesses précoces, ainsi que les violences conjugales et les mortalités infantiles », a-t-il déploré.

    M. Raji a, dans ce sens, fait savoir que le mariage des mineures ou l’autorisation de leurs mariages est considéré comme « des pratiques traditionnelles néfastes qui doivent être abandonnées, car incompatibles avec les conventions internationales, en particulier la convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant ».

    De son côté, la présidente de l’association « Mains libre » et membre du Collectif Dounia pour l’interdiction du mariage des fillettes, Leila Amili a indiqué que le mariage des enfants constitue un fléau qui est malheureusement toujours existant, en dépit des efforts consentis pour y mettre fin, ajoutant qu’il s’inscrit dans le cadre de la violence faite aux femmes.

    « Tous les enfants doivent jouir de l’ensemble de leurs droits sans discrimination, notamment le droit à l’éducation et à la santé. C’est pour cela que nous insistons sur la suppression des articles 20, 21 et 22 du Code de la famille », a-t-elle dit dans une déclaration à la presse.

     

    Le Collectif Dounia s’engage dans la lutte contre le mariage des filles âgées de moins de 18 ans par la suppression des articles 20, 21 et 22 du code de la famille et pour l’harmonisation de la législation nationale avec la Convention internationale des droits de l’enfant.

    Dans ce but, le Collectif dit adopter une approche fondée sur les droits et axée sur les valeurs fondamentales de dignité, de liberté, d’égalité, et de justice dans le cadre des droits humains en général, et des droits de l’enfant en particulier.

    Ce collectif compte dix associations de différentes régions du Royaume, œuvrant pour la protection de l’enfance et contre le mariage des mineures, à savoir « Droits et Justice », « Aspirations féminines », « Mains libres », « Voix de la femme amazigh », « Ennakhil », « Tawaza pour le plaidoyer de la femme », « Afoulki pour femme », le Collectif civil pour la défense des droits des femmes et l’association « Tildat » et « les Citoyens ».

  • Dans le cadre du projet « Café Citoyen : pour une jeunesse citoyenne et engagée », mené dans le cadre du programme Moucharaka Mouwatina, financé par l’Union européenne, L’Association Les citoyens lance un appel d’offre pour trois formateurs (trices) / consultant(e)s en :

    – Techniques de négociations et de leadership mobilisateur.
    – Techniques de plaidoyers et d’E-plaidoyer.
    – Comment mettre en pratique la démocratie participative ?

    Télécharger le TDR

    TDR – FORMATEURS – CC